Dialogue 2

Accueil ] Présentation ] Sommaire ] Diffusion ] Forum ] Livre d'or ] Logos ] Moteur ] Résistance ] Nouveautés ]

[ Formation ] [ courriers ]

Dialogue 1 Dialogue 2 Dialogue 3

 

   

 

 

 

 

Dialogue 2:

 

"Je fais donc l’hypothèse, que le partenariat mis en place avec les familles est un préalable à toute rééducation et qu’il facilite pour l’enfant le travail engagé." 

Dans quelles mesures trouves-tu que le partenariat avec les familles facilite pour l'enfant le travail engagé? La plupart du temps dans les questionnaires que j'ai envoyés, les rééducateurs m'ont répondu que cela les aidaient surtout pour l'indication après les 3 séances d'observations, pour mieux cerner la problématique de l'enfant? es-tu d'accord?"

 

"Oui, mais tout cela me paraît un peu mélangé. Ça c’est le point de vue du rééducateur.


Il y a différent types d’entretiens. Sur cette base tu peux choisir de mener un entretien qui peut aider à poser une indication : pas seulement pour mieux cerner la problématique de l’enfant, mais aussi pour avoir une image la plus complète possible de toutes les sphères (scolaires, familiales…) afin de proposer l’aide la mieux adaptée (poser l’indication d’aide). Si tu choisis cette formule (et ce choix doit pouvoir être justifié, et peut être différent en fonction de l’enfant rencontré et de la famille rencontrée), et si tu choisis également de proposer à la famille une place de partenaire [mais la veut-elle, lui laisse-t-on le choix réel d’être autre chose, sans jugement aucun (mais c’est peut-être un autre débat,), et est-ce judicieux dans tous les cas ?] il me paraît important d’annoncer la couleur .


Après tu peux le faire de différentes manières suivant tes objectifs.


Tu peux avoir comme objectif de rassembler des éléments d’information pour affiner l’indication : dans ce cas, pourquoi ne pas faire une anamnèse, c’est rapide, complet (mais pas toujours sans douleur).


Tu peux avoir le même objectif et en plus l’objectif de respecter la famille, de la mettre en confiance, d’en faire un partenaire de l’aide, et là tu vas plutôt laisser la famille associer librement ou l’aider à associer etc.….

En général je dis quelques choses du genre :
« Avec votre accord, j’ai effectué des séances d’observations. Je peux vous faire part des éléments issus de ces observations. Cependant, j’ai rencontré votre enfant 3x45 minutes, alors que vous le connaissez depuis sa naissance. Je pense que vous le connaissez bien mieux que moi ».

C’est tout à fait différent que de chercher l’info, sans prévenir de l’objectif, avec une anamnèse, par exemple, et ça ne met pas la famille à la même place. 

Par contre, au niveau du contenu des informations collectées il n’y a pas vraiment de différence et on peut sans problème, la plupart du temps, après un entretien de ce type, , remplir une grille d’anamnèse !!!

Il y a aussi le point de vue de l’enfant. Il y a certains enfants pour lesquels le simple fait que sa famille (ou un membre particulier de celle-ci) vienne à l’école parler de lui et de son vécu scolaire est déjà thérapeutique en soi.

Et il y a des entretiens facteurs de changement qui eux produisent un changement pour l’enfant et sa famille. J’ai assisté à des changements radicaux (du jour au lendemain) en particulier pour les enfants migrants ou de migrants."

 

@ bientôt,

Sylvie.

 

Dialogue 1 ] [ Dialogue 2 ] Dialogue 3 ]