Elia 4

Accueil ]   [ Sommaire ] [ Présentation ] [ Moteur ]

[ Rééducation ] [ Séances ]

Elia 1 Elia 2 Elia 3 Elia 4 Elia 5 Elia 6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elia et la mésestime de soi :

 

Elia a 6 ans, et est au CP depuis quelques mois. Son entrée dans les apprentissages se fait difficilement. Tout lui paraît étranger.

Pour elles certaines attitudes de ses pairs semblent même relever de la pratique magique. "Tu sais" me dit-elle, "quand il faut faire un calcul, les autres enfants bougent les doigts, comme ça ……. (Elle agite délicatement ses 10 doigts) ….et après, ils ont la bonne réponse. Moi, ajoute-t-elle, j’essaie, mais la réponse vient pas…… ou alors elle est fausse !!!!!!!"

  Elle progresse régulièrement au fil des séances, et progressivement ose se rapprocher puis se colleter à ces médiations dites "scolaires" et qui sont pour moi culturelles avant tout.

Un jour, elle arrive en séance, et j’ai du mal à la reconnaître. Elle qui progressivement était devenue si vive, si gaie, si sûre d’elle, a maintenant le regard qui fuit, les épaules voûtées comme sous un poids invisible. Elle attaque la séance, comme le contrat le prévoit, mais le cœur n’y est pas. Elle est incapable de mettre des mots sur ce qui se passe.

Je la fais alors s’installer confortablement, fermer les yeux, respirer profondément, puis visualiser Elia, c’est à dire elle même. (Elle garde les yeux fermés pendant tout le travail suivant, et les actions sont pour la plupart mentalisées).

 

MOI

 

ELLE

«Comment est Elia, la vois-tu ?»

 

« Elle est toute petite .»

 « Tu veux dire en âge ou en taille?»

 

« En taille.»

Et tu sais elle a une grosse croix………. »

« Une croix ? Je ne vois pas, tu sais, explique moi, le mieux que tu peux. » ...................

 

« Elle est ……. barrée, tu sais, comme à l’école, quand on a une faute...."

 

« Barrée. D’accord. Et comment elle se sent, là, toute petite et barrée ? »

 

« C’est lourd, elle est triste, elle est nulle. »

« Elle se sent lourde, triste et nulle. D’accord. On la laisse comme ça, ou on l’aide ? »

 

« On l’aide. »

« Tu as une idée, toi ? »

 

« On enlève la croix. »

« D’accord, vas-y. Quand tu l’as enlevée, tu peux la jeter très loin, la mettre dans une bulle-nuage et souffler très fort, la casser, la piétiner, la mettre sur quelqu’un de très costaud, la brûler, ou inventer encore une autre manière ……………… »

   

 

 

Rires

Elle enlève la croix, puis souffle très fort. »

« Tu peux me raconter comment est Elia, maintenant ?? »

 

« Elle va un peu mieux, elle est plus grande, mais encore un peu triste.»  (Elle même commence à se détendre et à se redresser)

 

"Bien. Tu vas réfléchir, à tout ce qu’elle aime et lui fait du bien, et tu vas lui donner. Cela peut être de la musique, une pièce qu’elle aime, un jardin , des gens qu’elle aime, des objets qu’elle aime……. Je vais me taire, quelques instants et pendant ce temps, tu vas imaginer tout ce qu’elle aime, et lui donner. Tu fais bien attention à comment elle se sent."

 

 

Elle raconte ce qu’elle imagine, et progressivement son visage se détend, puis s’illumine, elle paraît plus grande.

Quand le travail de visualisation s’arrête, elle est prête à reprendre le déroulement du contrat là où nous l'avions laissé .... (une sorte de détour, dans le détour ;-))

A l’heure, elle sort de la séance d’une démarche sûre et retourne en classe avec le sourire.

 

http://www.chez.com/sylviecastaing/

Sylvie CASTAING © 

Tous droits réservés

Toute reproduction totale ou partielle de ces écrits ne peut être faite sans mon consentement écrit.

Pour découvrir la suite des aventures d'Elia .....