Lecture 16

Accueil ]    [ Sommaire ] [ Présentation ] [ Moteur ]

[ Rééducation ] [ Lectures ]

  Lecture 15

Classification des élèves en difficulté au C.P.

 

Lecture 17

Ecarts de langue, écarts de culture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le génogramme imaginaire

Liens du sang, liens du cœur

 

Judith Ollié-Dressayre

Dominique Mérigot

 

ESF Editeur 

Collection Art de la psychothérapie

 

 

 

Pour aller directement au chapitre concerné, cliquez sur le dossier:

Coups de cœur

Quatrième de couverture

Plan

Citations

 

Coups de cœur:    

Un livre intéressant :

bullet

Tout d’abord, par sa présentation en forme de dialogue entre les deux auteurs, qui se questionnent et se répondent l’un à l’autre.

bullet

Ensuite, par les nombreuses illustrations de génogrammes biologiques et imaginaires qui accompagnent les exemples présentés de manière pédagogique.

Mais également un livre stimulant :

bullet

Par le "détournement" original d’un outil archi-connu (le génogramme).

bullet

Par l’utilisation de cet outil dans des contextes non exclusivement thérapeutiques, mais également d’intervention et de supervision.

 

 

Quatrième de couverture

"Le génogramme imaginaire est un outil conçu comme un dispositif permettant de favoriser une lecture actualisée d’un système relationnel dans un cadre thérapeutique, d’interventions psychosociales ou de supervisions cliniques.

 

Le réseau relationnel que nous construisons au fil de nos rencontres quotidiennes peut se représenter comme une famille "d’affiliation" entre projections de nos liens familiaux d’origine et création de relations nouvelles sur le mode du roman familial de l’enfance (capacité de l’enfant à s’inventer une famille idéale plus conforme à ses désirs).

 

Le génogramme biologique (arbre généalogique dont la lecture est plus clinique qu’historique) est un outil répandu parmi les thérapeutes familiaux pour révéler la singularité des familles de filiation.

 

Interface entre les deux conceptions, le génogramme imaginaire n’est pas une représentation objective, de la famille, de l’état civil, mais la façon dont tout un chacun projette en permanence, sur ceux qui l’entourent, l’empreinte de son histoire et de ces configurations familiales.

 

La reconnaissance de cette "famille d’affiliation", évolutive dans le temps, permet de dynamiser la rencontre thérapeutique ou la prise en charge psychosociale, en offrant des ressources nouvelles aux systèmes enferrés dans des représentations inopérantes.

 

 

Judith Ollié-Dressayre est psychologue clinicienne, psychothérapeute, thérapeute familiale, formatrice systémicienne. 

Elle pratique actuellement en SESSAD et en consultation familiale (Pégase Processus et consultation privée). 

Formatrice à pégase Processus, elle participe également, depuis la création de l’Arbre, à la formation et à la recherche réalisées dans cette institution.

 

Dominique Mérigot est psychologue clinicien, thérapeute familial et formateur systémicien. En 1988, il fonde l’Arbre, qui offre une expérience unique de travail systémique sur la parentalité comme alternative au placement d’enfant, dans le cadre d’un hébergement parents-enfants (appartement ou famille d’accueil), et de consultations familiales conventionnées. Il en dirige le secteur Formation Recherche. Il est l’auteur de "familles en structure d’accueil-approche systémique" (1997).

 

 

Plan

 

Préface de Philippe Caillé

 

Introduction. Naissance d’un concept

 

I. L’outil

bullet

Génogramme biologique, roman familial, loyautés de filiation et d’affiliation

bullet

Chaque réseau relationnel est structuré comme une famille

bullet

Principes d’élaboration du génogramme imaginaire

 

II. Le génogramme imaginaire dans les thérapies systémiques (individuelles, de couples, de familles)

bullet

Jeanne

bullet

Maria

bullet

Avec la famille Georges

bullet

En thérapie de couple, avec Romain et Christine

 

III. Le génogramme imaginaire en supervision clinique

bullet

Le contexte de la supervision clinique

bullet

Utilisation du génogramme imaginaire dans ce contexte

bullet

Le génogramme imaginaire de la famille Barbet et l’hypothèse d’inceste

bullet

Amélie, entre rébellion farouche et repli désespéré

bullet

Paula et ses quatre parents

 

IV. Supervision et formation professionnelle

bullet

Génogrammes biologique et imaginaire en supervision d’équipe AEMO 

bullet

Supervision d’une équipe de consultation familiale

bullet

Le travail sur son génogramme imaginaire personnel

 

V. L’institution imaginaire

bullet

Quand la famille télescope l’institution

bullet

Un lien de vie en mutation

bullet

Lignée éducative et lignée administrative

 

VI. Conclusions et perspectives

bullet

Mais alors, qu’est-ce qu’une famille ?

bullet

Le génogramme imaginaire comme outils de repérage du changement

Citations et extraits:

Loyautés de filiation et loyautés d’affiliation :

"Le génogramme imaginaire se présente comme une occasion donnée au sujet de se situer entre loyautés de filiation et loyautés d’affiliation."

 P. 27

"Le génogramme imaginaire permet, cliniquement, d’évaluer la souplesse avec laquelle le sujet fonctionne entre d’une part, ses loyautés de filiation et d’affiliation, de l’autre, les liens sous-jacents : son espace relationnel s’organise-t-il comme une structure rigide où l’on s’aliène dans des liens irréversibles autour des filiations "biologiques" ou, au contraire, comme un océan fluctuant d’affiliations se bâtissant à partir de ces filiations ?"

Page 28

Chaque réseau relationnel est structuré comme une famille.

"Judith : Sommes-nous en droit d’utiliser la métaphore de la famille pour décrire un réseau relationnel d’affiliation ? N’y a-t-il pas là un glissement sémantique tout à fait contestable ?

 

Dominique : […] La réponse à cette question est double.

  1. la famille est un archétype puissant de toutes les relations sociales. […]

  2. […] Notre espace relationnel n’est donc pas une famille, mais il est structuré comme une famille. L’empreinte de la famille dans la construction de notre univers relationnel est d’abord une empreinte structurelle. Nous organisons cet univers comme s’organise une famille, et plus précisément comme s’est organisée notre expérience de la famille. […] L’expérience de la famille structure notre espace relationnel comme une famille. […]

Ainsi, notre expérience relationnelle de la triade père-mère-enfant constitue-t-elle l’organisation de base de toutes nos relations sociales. L’expérience de la fraternité en est une expérience corollaire, celle d’un paradoxe : égalité de statut devant les géniteurs et, simultanément, inégalité foncière du traitement au sein de la fratrie en fonction de la place que nous y occupons, de nos singularités individuelles, des héritages enfin qui pèsent sur nous face à nos géniteurs.

Cette structuration de notre espace relationnel comme une famille constitue donc, qu’on le veuille ou non, une donnée fondamentale de notre être-au-monde. C’est en ce sens que nous recourons au concept de famille imaginaire pour décrire métaphoriquement le système de nos affiliations telles qu’elles s’organisent sur notre expérience singulière des archétypes familiaux."

Page 29 à 31

"Judith : Chaque matin, nous partons au travail avec dans notre besace notre propre réseau relationnel. Nous emportons notamment, sans nous en soucier en général le moins du monde, notre système familial : le compagnon de vie, les enfants, mais aussi notre famille d’origine. Comment tout ce petit monde discret franchit-il le seuil de l’institution où nous allons rencontrer des collègues et des personnes accueillies ou aidées ? Quel joyeux mélange !

Dominique : De fait, chaque personne rencontrée, régulièrement ou ponctuellement, vient résonner avec ces passagers clandestins que nous transportons en nous. Nous investissons nos collègues en projetant sur eux tout ou partie de ces images avec lesquelles nous avons bâti notre existence. Il est donc préférable de ne pas l’oublier complètement, notamment quand s’instaurent des relations conflictuelles avec les collègues de travail."

 

Page 109

 

Pas pour un enfant de moins de 6 ans.

"Dominique : On peut s’attendre à ce qu’un enfant de moins de 6 ans puisse difficilement participer à l’élaboration [d’un génogramme imaginaire], autrement qu’en décrivant ses liens de filiation…

Judith : Je pense en effet que, pour un enfant de moins de 6 ans, il est extrêmement difficile, voire impossible de s’autoriser une autre appartenance que son appartenance familiale réelle. […] Il me paraît même peu conseillé de l’y inviter, du fait de l’angoisse qu’une telle alternative existentielle peut susciter chez lui."

Page 26

Principes d'élaboration du génogramme imaginaire:

Première phase :

"Ce jeu comporte deux parties. Dans un premier temps, je vous demanderai d’échanger entre vous pour trouver les 10 personnes qui vous semblent les plus importantes aujourd’hui autour du problème qui nous occupe / …qui vous paraissent les plus importantes pour untel aujourd’hui / …pour vous aujourd’hui. Ces personnes peuvent être des personnes vivantes ou des personnes mortes, des personnes que vous aimez ou que vous détestez, enfin des personnes de votre famille, ou des amis, ou des professionnels impliqués dans ce qui nous occupe aujourd’hui. Autrement dit, les 10 personnes qui vous viennent le plus en tête quand vous vous laissez aller à rêvasser à ce sujet."

Phase intermédiaire (facultative) :

bullet

"Qu’est-ce qui vous a amené à faire ce choix ?"

bullet

"Pouvez-vous préciser, en face de chacun des 10 noms sélectionnés, s’il correspond à une personne :
bullet

que vous aimez ou que vous détestez (première colonne),

bullet

qui vous donne ou qui vous prend de l’énergie (deuxième colonne)"

Seconde phase :

"Je vous demanderai maintenant de rassembler les 10 personnes que vous avez choisies, sous la forme d’un génogramme, comme si c’était une même famille (brève explication sur le génogramme si celle-ci est nécessaire). L’objectif est de situer chacune des 10 personnes à la place qui lui correspond le mieux, comme vous le ressentez aujourd’hui. Chacun peut se retrouver à une place qui n’est pas celle qu’il a en réalité. Mais vous devez nécessairement le placer avec des liens de parenté."

  Le temps d’exposition de l’œuvre :

La mobilisation de la créativité de la famille ou du groupe nécessite de poursuivre la production de l’œuvre par un temps de pause. […] Il faut prendre ce temps de "contemplation", laisser filer paisiblement le jeu sur le registre de l’élaboration mentale. […] La réflexion à venir se nourrira de ce temps "d’exposition".

  pages 31 à 38

 

    

     

Lecture 1 ] Lecture 2 ] Lecture 3 ] Lecture 4 ] Lecture 5 ] Lecture 6 ] Lecture 7 ] Lecture 8 ] Lecture 9 ] Lecture 10 ] Lecture 11 ] Lecture12 ] Lecture 13 ] Lecture 14 ] Lecture 15 ] [ Lecture 16 ] Lecture 17 ] Lecture 18 ] Lecture 19 ] Lecture 20 ] Lecture 21 ] Lecture 22 ] Lecture 23 ]