Lecture 4

Accueil ]    [ Sommaire ] [ Présentation ] [ Moteur ]

[ Rééducation ] [ Lectures ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une difficulté si ordinaire

Les écouter pour qu'ils apprennent

 

Jeannine Duval Héraudet

 

Collection Enfance Plurielle

Éditions et Applications Psychologiques (E.A.P.)

2001

 

 

 

 

 

Coups de coeur:   

 

Un ouvrage récent  et complet sur la rééducation.

 

 

Remarques:

bullet

Malgré des références principalement psychanalytiques, la lecture reste aisée et agréable.

J'ai particulièrement aimé:

bullet

Tous les tableaux  et les annexes.

bullet

La partie présentant des repères pour la pratique et éclairant d'indicateurs précis la difficile question  de l'indication d'un suivi rééducatif.

bullet

La reprise, bien étayée et complétée, des capacités nécessaires à l'enfant pour devenir ou être pleinement élève.

__________________________

 

 

Quatrième de couverture:

 

"Exclusion et ségrégation ont pendant longtemps constitué des solutions à l'échec scolaire. Aujourd'hui, le soin est-il la seule alternative à la pédagogie lorsque celle-ci ne parvient pas à ses fins? Depuis les années 1970, l'Éducation nationale s'est préoccupée de prévention. Cependant, les aléas rencontrés, d'abord par les GAPP et ensuite par les RASED, semblent montrer la difficulté pour l'école à faire en son sein une place au psychopédagogique.

Devenir ou être un élève n'est pourtant pas chose aisée. Certains enfant éprouvent de grandes difficultés à y parvenir et peuvent manifester leur mal-être pare des comportement inquiétants ou dérangeants, sans pour autant s'inscrire d'une manière systématique dans un tableau pathologique. L'enseignant se sent alors démuni, impuissant pour aider ces élèves qui mettent en échec ses fonctions d'enseignement. Les parents , inquiets, ne savent comment s'y prendre pour aider leur enfant. 

L'aide rééducative à l'école permet à ces enfant s de disposer d'un espace pour exprimer, élaborer et dépasser ce qui encombre leur pensée, ce qui les rend indisponibles pour apprendre et pour s'inscrire d'une manière constructive dans les relations sociales scolaires. Qui sont ces enfant auxquels est proposée cette aide? Quels sont leurs besoins? Par quels processus parviennent-ils alors à articuler vie privée familiale et vie sociale scolaire pour devenir des élèves? 

Comment créer des liens et une véritable coopération entre partenaires éducatifs afin d'aider au mieux l'enfant dans le respect des places et des fonctions de chacun?"

 

__________________________

 

sommaire: 

préface de Jacques Lévine

 

Introduction

 

Une solution à l'échec scolaire, entre "retard" et déficience, pédagogie, soin:

bullet

Une solution à l'échec scolaire: sélection, ségrégation, exclusion.

bullet

Oscillation des réponses entre médicalisation et psychopédagogie, soin et prévention

bullet

conclusion

 

Une difficulté ordinaire?

bullet

Complexité de la difficulté scolaire

bullet

Des réponses pédagogiques à la difficulté scolaire et leurs limites

bullet

Un au-delà des réponses pédagogiques

 

Les écouter pour qu'ils apprennent:

bullet

Transgression et appel à la loi

bullet

"J'ai trop d'embrouilles dans la tête"

bullet

"Que suis-je pour l'autre?"

bullet

"Il avait pas la tête à l'école"

bullet

Interdit de savoir empêchement à apprendre

bullet

L'école c'est nul, ça sert à rien, je suis nul

bullet

Jeu de mort, jeu de vie

Quelques repères pour la pratique:

bullet

Pathologie ou difficulté "ordinaire"?

bullet

De l'enfant à l'élève: un parcours difficile, une difficulté normale

bullet

La difficulté à être élevé

bullet

L'aide rééducative à l'école: une spécificité, un rôle, des fonctions, des méthodes à définir

bullet

Réalités, craintes et espérances

 

Conclusion

 

Index des schémas et tableaux (inclus dans le texte)

 

Annexes

 

Index thématique

 

références bibliographiques

 

__________________________

 

Citations et extraits:

 

" Une transaction rééducative qui comporte une alliance rééducateur-enfant

 

"Le processus rééducatif repose sur l'acceptation par l"enfant de se reconnaître des difficultés, de se faire aider pour cela, mais aussi sur son acceptation à s'engager dans une démarche pour les dépasser. Il est nécessaire pour qu'il puisse prendre une "décision", qu'il sache ce qui lui est proposé et qu'il fasse suffisamment confiance à un adulte qui se propose de l'aider. C'est pourquoi une rééducation se décide après des séances préliminaires. Peut-on alors vraiment parler de "décision" de l'enfant? Peut-être peut-on justement évoquer la pose d'un acte de confiance, grâce à la relation qui s'est engagée et au type de travail proposé, dont l'enfant, ressent, confusément ou plus explicitement qu'il répond à un besoin pour lui, à ce moment-là de son histoire."

 

P. 283 et suivantes.

 

___________________________________________

 

"La méconnaissance des autres partenaires éducatifs, soignants, sociaux... entraîne méfiance, préjugés, non respect, recherche de prise de pouvoir, lutte de territoires. Toutes les histoires de partenariat difficile l'ont été, à ma connaissance, parce qu'un ou plusieurs des professionnels en jeu n'a pas voulu céder quelque chose d'un pouvoir imaginaire, illusoire, que lui conféraient sa place, sa fonction, son statut professionnel. il est possible alors d'arriver rapidement à un système "fou" avec risque de passages à l'acte, comme des rendez-vous parallèles et divergents, sans concertation, qui mettent la famille devant des choix "impossibles". Tant qu'une profession, qu'elle qu'elle soit, voudra exercer une hégémonie, elle ne pourra susciter que des positions de dépendance, de défense ou d'opposition chez les autres partenaires, professionnels ou parents. Elle enferme alors la relation dans un registre imaginaire dans lequel priment les mécanismes de fusion ou de rejet, les sentiments de toute-puissance ou d'impuissance. Elle développe de la méfiance, des résistances, des réflexes d'auto-protection, obstacles majeurs au travail commun"

 

P. 304.

 

________________________________

 

L'aide rééducative: "un bricolage" , "un tâtonnement expérimental", dans une praxis qui ouvre à la créativité.

 

"On a pu dire du rééducateur, très justement, qu'il situe son action dans un registre du "bricolage". Nous dirons qu'il applique à son intervention ce qu'il propose à l'enfant: "un tâtonnement expérimental" au sens de recherche, questionnement, réajustements successifs. C'est le sens que donnait Célestin Freinet à cette expression. Si la certitude est la position du "discours du maître", au sens lacanien, qui est le: "je sais ce qui est bon pour toi", l'aide rééducative quant au processus doit nécessairement se  situer et se maintenir hors des certitudes qui risquerait d'enfermer l'enfant. Elle doit cependant le garder d'une absence de repères pour l'action, génératrice d'angoisse pour le rééducateur. L'équilibre peut être maintenu grâce au cadre lui-même, ancré et repéré dans des théories."

 

P. 320

 

 

 

    

     
Lecture 1 ] Lecture 2 ] Lecture 3 ] [ Lecture 4 ] Lecture 5 ] Lecture 6 ] Lecture 7 ] Lecture 8 ] Lecture 9 ] Lecture 10 ] Lecture 11 ] Lecture12 ] Lecture 13 ] Lecture 14 ] Lecture 15 ] Lecture 16 ] Lecture 17 ] Lecture 18 ] Lecture 19 ] Lecture 20 ] Lecture 21 ] Lecture 22 ] Lecture 23 ]