Médiation

Accueil ] Présentation ] Sommaire ] Diffusion ] Forum ] Livre d'or ] Logos ] Moteur ] Résistance ] Nouveautés ]

[ Formation ] [ Définitions ]

Rééducation Symptômes Prévention Empathie Médiation Jeu Musicothérapie Résilience Doudous Etayage Génogramme Rêve éveillé Estime de soi

 

   

 

 

 

 

Médiation, objet de relation, objet médiateur, relationnel, intermédiaire......

 

 Médiation: définitions
Choix de la médiation

 

 

"Dans médiation, il y a média, médium, et un philosophe aujourd'hui disparu, Vladimir Jankélévitch, a beaucoup écrit sur le problème du "médiat" et de l'immédiat. La médiation nous protège de l'immédiat, elle nous protège d'un contact direct. L'immédiat, au sens étymologique, serait de l'ordre de la violence, de l'action directe. (...) La médiation permet que l'on passe en quelque sorte de deux (la relation duelle) à trois. Le troisième terme n'est pas un sujet, car on parlerait alors de médiateur, mais c'est un objet, un support, une substance, quelque chose d'inanimé mais qui va faire changer la nature de la relation intersubjective. "

 

Ivan Darrault-Harris 

La médiation dans la relation d'aide.

L'Erre n° 19, juin 200:

Écrire encore P. 54


 

 

"Ce que j'entends par médiation en rééducation, c'est d'abord un support d'expression et de création. Dans ce cas, il s'agit des marionnettes, mais il y a mille et une façons d'utiliser les marionnettes. Est-ce qu'on va les fabriquer? Ou bien utiliser des marionnettes toutes faites? à gaine? à tiges? dans ou hors le castelet? Comment se répartir les rôles?

Toutes ces modalités font également partie de la médiation et elles sont importantes, de même que la position du rééducateur:

bullet

soit il est témoin de la création de l'enfant (...)

bullet

soit il participe directement à l'acte de création (...)

bullet

soit il réalise une création pour l'enfant quand celui-ci n'est pas en capacité de le faire. C'est la situation la plus difficile, c'est par exemple se saisir de la marionnette et lui proposer un récit, ou inventer dans le jeu symbolique un scénario pour l'enfant qui est spectateur. Le rééducateur tente alors d'être l'interprète en création de ce qui habite l'enfant et qu'il ne peut exprimer. 

bullet

soit le rééducateur transmet à l'enfant une création toute faite (un conte, un morceau de musique, une reproduction de tableau etc...)"

 

 

Ivan Darrault-Harris 

La médiation dans la relation d'aide.

L'Erre n° 19, juin 200:

Écrire encore P. 57

 

 

 

Le rôle du thérapeute

 

"C'est la créativité du thérapeute qui est interpellée car la possibilité médiative n'est pas attachée à la présence ou non d'objets divers ou variés ou de techniques plus ou moins sophistiquées ou rigides, mais à l'utilisation qui peut en être faite, en particulier à partir de cette qualité spécifique, introduite par M. Milner (1979) et ensuite définie par R. Roussillon (1991), qu'est la malléabilité et qui permet la création. 

Le médium, ici l'objet médiateur servirait donc d'interprète, de transformateur, de transmetteur, de symboliseur entre la réalité psychique et la réalité externe. Pour jouer ce rôle, il doit être malléable, c'est à dire à la fois indestructible, extrêmement sensible et indéfiniment transformable tout en restant lui-même."

 

P. Privat, D. Quélin-Souligoux

L'enfant en psychothérapie de groupe

Dunod, 2000

P. 36

 

 

 

"Habituellement et dans un sens large, la médiation consiste en l'usage de moyens relationnels dont on considère leur influence intrinsèque sur l'évolution de la relation elle-même. Souvent on parle, maladroitement, de médiation thérapeutique pour parler de tous les moyens non-verbaux ou non-traditionnels de communication.
Ce concept pose la question de l'influence du médium sur le message et sur la relation établie."

"Quelques concepts opératoires"

 

Sur le site de L'ATELIER

institut privé de formation, de recherche et de réalisations pratiques 

dans 

Les médiations expressives et artistiques en relation humaine.


http://www.l-atelier.ch/concepts/default.html

 

 

 

Le processus de la médiation

 

"Dans les situations groupales qui nous intéressent, le terme intermédiaire support de la médiation et que nous appellerons "objet médiateur" pourra être:

 

bullet

soit un objet concret (jouer, pâte à modeler, instrument de musique, jeux divers, petits jouets, papier et crayon etc.)

bullet

soit le jeu dramatique utilisé spontanément par les enfants ou sollicité prudemment comme pourvoyeur de représentations par l'animateur ou le thérapeute. (....)

bullet

soit un objet culturel (peinture, écoute musicale).

 

La présence de cet intermédiaire ne constitue pas la médiation en soi; il en est seulement le support à partir duquel elle pourra advenir ou non. (...)

 

Dans la relation psychothérapique groupale, cet intermédiaire, lorsqu'il sera médiateur, jouera donc un rôle de relais entre la communication consciente et inconsciente et d'articulation entre les subjectivités de deux ou plusieurs personnes. 

 

De plus, parce qu'il est porteur des qualités concrètes de sa matérialités, et des qualités abstraites de la relation, l'objet médiateurs se situera dans son utilisation à la rencontre de la réalité extérieure et du monde psychique interne du sujet."

 

P. Privat, D. Quélin-Souligoux

L'enfant en psychothérapie de groupe

Dunod, 2000

P. 27/28

 

 

Fonction médiatrice et médiations

 

"Dans un premier temps il importe de se demander quelle est la nature de toute médiation et ce qui peut en être attendu de façon sûre par le clinicien. C'est le sens même du truchement médiateur qui est, à ce niveau en question.

Dans un second temps, peuvent apparaître et se déployer une série de questions récurrentes à propos du statut des médiations utilisées. Où opère et pourquoi opère le médiateur? Qu'est-ce qui, dans l'objet médiateur considéré en lui-même, peut être considéré comme essentiellement actif? Quelle mise en oeuvre propre à cet objet est capable de révéler et de libérer ce noyau actif? Doit-on alors mettre tout particulièrement l'accent sur la spécificité de chaque médiation employée, ou alors est-il préférable de privilégier le rôle de transition dont l'objet est porteur et qui le situe, de droit comme de fait dans le registre du relationnel et de l'intersubjectivité? (...)

On le voit, le fait de savoir ce qui doit être cliniquement prioritaire, de la médiation ou des médiations, relève d'un intérêt certain pour peu que l'on soit sensible à l'atmosphère et à l'ensemble du contexte environnemental de ce qui constitue une séance."

 

 Le médium symbolique

par

Bernard Chouvier

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 2/3

 

 

 

Six constantes de la médiation

 

  1. Toute médiation interpose et rétablit un lien entre la force et le sens, entre la violence pulsionnelle et une figuration qui ouvre la voie vers la parole et vers l'échange symbolique. (...)

  2. Tout médiation implique une représentation de l'origine, ou renvoie à une scène des origines, à une figuration de la conjonction et de la disjonction.(...)

  3. Toute médiation s'inscrit dans une problématique des limites, des frontières et des démarcations, des filtres et des passages. (....)

  4. Toute médiation s'oppose à l'immédiat, dans l'espace et dans le temps. la médiation est une sortie de la confusion des origines. (...)

  5. Toute médiation suscite un cadre spatio-temporel. Elle génère un espace tiers entre deux ou plusieurs espaces, et donc des limites et des passages. Elle génère corrélativement une temporalité qui exprime une succession entre un avant et un après, entre l'absence et la présence, donc une origine et une histoire. C'est dans cet espace-temps de la médiation que s'inscrivent les enjeux des processus de transformation.  (....)

  6. Toute médiation s'inscrit dans une oscillation entre créativité et destructivité: c'est de cette oscillation que témoignent de manière exemplaire les phénomènes transitionnels. la médiation permet au sujet d'explorer, sans s'y perdre, l'espace interne et l'espace externe, puis l'espace singulier et l'espace commun et partagé. Elle assure la capacité d'investir dans l'objet sans s'y dissoudre ou le détruire, de faire trace sans figer celle-ci dans un signe."

 

 Médiation, analyse transitionnelle et formations intermédiaires

par

René Kaës

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al. 

Dunod 2002

p. 13/14

 

 

 

Médiation, travail psychique et travail de la culture

 

"Si la question de la médiation revient avec insistance dans le débat contemporain, c'est probablement parce qu'elle exprime la nécessité dans laquelle nous sommes pris de traiter d'une manière nouvelle, aussi bien dans l'ordre de la vie psychique que dans celui de la culture, la question récurrente e l'origine, des limites, de l'immédiat, des transformations et, surtout, de la violence, dans sa double valence destructrice et créatrice."

 

 Médiation, analyse transitionnelle et formations intermédiaires

par

René Kaës

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 15

 

 

 

La médiation et la catégorie de l'intermédiaire chez Freud

 

"Les médiations utilisées dans les processus psychothérapeutiques (jeu, modelage, musique, collage, contes, marionnettes, masques, etc.) sont, de ce point de vue, les héritières du rêve: elles brouillent les frontières et par là même elles les établissent. Elles sont des moyens pour restaurer la capacité de rêver, elles en proposent des équivalents, mieux des embrayeurs. Là où la capacité de rêver et de jouer fait défaut, les médiations de prothèse sont nécessaires. Elles ont pour fonction de créer des symptômes qui peuvent alors être nommés, pour autant que la parole accompagne l'expérience de médiation." 

 

 Médiation, analyse transitionnelle et formations intermédiaires

par

René Kaës

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 21

 

 

 

Transitionnalité, analyse transitionnelle et médiation

 

"(....) ce qui est médiateur ou intermédiaire ou transitionnel, ce n'est pas l'objet, quelles que soient ses qualités intrinsèques de médium. Ce qui assure une fonction symbolisant et médiatrice c'est la croyance dans les vertus de l'objet et cette croyance a un double fondement: dans la psyché de l'autre et dans l'expérience du sujet. Aucune médiation n'est productrice d'effet de croissance psychique si elle n'est pas d'abord présentée par un sujet à un autre sujet et alors seulement inventée-créée par l'un et par l'autre dans cet accompagnement mutuel"

 

 Médiation, analyse transitionnelle et formations intermédiaires

par

René Kaës

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 27

 

 

Création et médiatisation

 

Objet et retour du manifeste

"On ne connaît la symbolisation que par et dans les données concrètes où elle prend forme. les transformations et les liaisons psychiques s'opèrent à l'occasion de la confrontation à une réalité, à la réalité. L'activité symbolique se dévoile en prenant corps. Et c'est à l'occasion de leur incarnation dans une matière que les niveaux et les types de symbolisation sont appréhendables. Autrement dit, les enjeux inconscients qui sous-tendent le symbole ne sont à même de prendre sens qu'à travers le détour du manifeste. Le détour et le manifeste, les deux termes sont décisifs pour saisir la portée médiatrice e l'objet."  

 

Les fonctions médiatrices de l'objet

par

Bernard Chouvier

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 33

 

 

 

Le support d'excitations incontenables

 

"Pour rendre la rencontre possible, l'objet de relation a une fonction par-excitative. Il filtre la violence fondamentale sous-jacente à toute rencontre et il permet au patient et au clinicien de se pare-exciter réciproquement (1). Par sa concrétude et son existence comme objet externe, il est un support qui peut recevoir les émotions qui risqueraient de déborder le clinicien (et le patient) et "rendraient impossible le travail psychique"(2).

 

(1) Gimenez G.,"Objet de relation et gestion du lien contre-transférentiel avec une patiente hallucinée: les couleurs d'une rencontre", Actes des Journées d'études du COR: Objet et contre-transferts, Arles, hôpital Joseph-Imbert, 1995, P. 61

 

 

Les objets de relation

par

Guy Gimenez

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 95

 

 

 

L'objet de relation comme objet partagé

 

" L'objet de relation est en effet un objet de partage qui peut être utilisé par les deux interlocuteurs; en cela il s'oppose à l'objet transitionnel qui est un objet privé. De par sa concrétude et son existence propre, l'objet de relation permet de déplacer au dehors, d'externaliser, sur un objet concret, ce qui se joue entre deux personnes ou plus: à travers l'objet, le patient peut ainsi scénariser des facettes de la dynamique transférentielle, plus facilement repérable et analysable."

Les objets de relation

par

Guy Gimenez

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 88

 

 

 

Une fonction d'interface

 

L'objet de relation est un articulateur entre le thérapeute et le patient. Comme l'a montré Guérin, cette articulation s'effectue à un triple niveau:

bullet

physique grâce à ses propriété singulières, irréductibles au fantasme;

bullet

psychique à travers les investissement différenciés dont il est le support et la forme; 

bullet

groupal en tant que dépositaires des parts communes des sujets en présence."

 

Les objets de relation

par

Guy Gimenez

in 

Les processus psychiques de la médiation

Bernard Chouvier et al.

Dunod 2002

p. 93

 

 

"Dans cette perspective théorique, d'ailleurs parfaitement conforme aux textes instituant le RASED, le choix de la médiation est un acte méthodologiquement central, puisque le changement de l'enfant dépend étroitement, en bonne théorie, du respect de ses défenses propres, de ses résistances au changement, enfin, évidemment, de la non-attaque directe de ses constructions symptomatiques. 

Il ne peut donc être question de demander à l'enfant de choisir son activité, et donc sa ou ses médiation(s), sans, par là-même, lui imposer une "injonction paradoxale": "Peux-tu m'indiquer par où tu peux changer, étant entendu que tu es là précisément, en rééducation, parce que tu n'en as aucune idée, ce qui t'amène à "parler" sous forme de symptôme(s)?"

 


Ivan Darrault-Harris 

L'Erre n° 15, octobre 1997:

Les médiations P. 45

 

 

 

 

"Pour nous résumer, le choix de la médiation, qu'il conviendrait de soumettre systématiquement au regard critique de la collégialité du réseau, suppose:

bullet

Une bonne et claire délimitation (à partir du signalement, des entretiens, des séances préliminaires) des symptômes, des défenses et résistances de l'enfant, soit de son économie psychique actuelle (...)

bullet

Une bonne connaissance des caractéristiques fondamentales des médiations (....)

bullet

Une formation et une pratique de la création en relation avec l'autre dans les médiations fondamentales, en se méfiant tout particulièrement des médiations où le rééducateur aurait un talent, une aisance personnels."

 

Ivan Darrault-Harris 

L'Erre n° 15, octobre 1997:

Les médiations P. 46

 

 

 

 

"(....) il est important aussi de se préoccuper du choix de la médiation pour les trois professionnels du RASED, car ce choix est un élément déterminant de la construction du cadre." 


Ivan Darrault-Harris 

La médiation dans la relation d'aide.

L'Erre n° 19, juin 200:

Écrire encore P. 53

 


 

 

 

"Le choix de la médiation est déterminant:

bullet

à la fois pour mettre en place la relation d'aide et lui conférer toute son efficacité

bullet

et aussi pour conférer une spécificité à cette relation d'aide. 

 

Ivan Darrault-Harris 

La médiation dans la relation d'aide.

L'Erre n° 19, juin 200:

Écrire encore P. 54

 

 

 

 

 

"Ce que dit en résumé la théorie de l'ellipse, est assez simple: si vous voulez induire le changement, il faut proposer une médiation qui ne se situe ni dans la zone symptomatique, ni dans la zone défensielle, mais dans une zone libre, entre Charybde et Scylla, pour que cette navigation qu'est la rééducation commence bien et s'arrête qu'au port de la "résolution". 

Ivan Darrault-Harris 

La médiation dans la relation d'aide.

L'Erre n° 19, juin 200:

Écrire encore P. 57

 

 

 

 

"D'autre part, la médiation elle-même pouvant, comme l'écrit R. Kaës (1982a), "toucher au domaine valorisé de la création du passage, de la métaphore, ou au contraire être connotée négativement par ce qui s'attache au neutre, au bâtard, à l'être mixte", son investissement et son choix entraîneront le groupe sur des chemins différents, à travers des inductions relationnelles et transférentielles spécifiques, qui méritent une réflexion préalable approfondie excluant toute utilisation qui serait défensive ou hasardeuse, ce qui en annulerait l'efficacité escomptée. Il est donc important que l'investissement et le choix de la "médiation" soient interrogés et analysés au niveau du thérapeute et du dispositif groupal à mettre en place."

 

P. Privat, D. Quélin-Souligoux

L'enfant en psychothérapie de groupe

Dunod, 2000

P. 33/34

 

 

 

Un choix et un investissement

 

"En ce qui nous concerne, et si l'on prend en compte les caractéristiques qui spécifient le médium malléable, nous pensons que la problématique du choix soulève un questionnement qu'on ne peut éviter et qui est en lien avec la symbolisation. En effet, les caractéristiques de la symbolisation varient en fonction de l'âge et du degré de développement. Le dispositif devrait donc lui aussi varier idéalement en fonction des capacités ou des problèmes particuliers de symbolisation de ceux qui s'y engagent. D'autre part, la concrétude de l'objet médiateur nuancera les rapports interpersonnels dans le groupe de façon plus ou moins importante, et dans des limites à essayer de prédéfinir avant le début du groupe."

 

 

P. Privat, D. Quélin-Souligoux

L'enfant en psychothérapie de groupe

Dunod, 2000

P. 34

 

 

 

Un choix et un investissement

 

"Cet objet (médiateur) porte non seulement témoignage de ce qui va se passer pour le patient ou le groupe, mais aussi du travail psychique antérieur du thérapeute. (...) Les fondements du choix d'un dispositif et donc des objets inclus dans celui-ci sont bien entendu déterminés par des facteurs rationnels et conscients (...). Par ailleurs des facteurs inconscients ayant à voir avec son propre investissement de la médiation et son rapport au groupe vont aussi entrer en jeu et mettre à mal, si l'on n'y prend garde, ces potentialité contenantes supposées du dispositif".

 

P. Privat, D. Quélin-Souligoux

L'enfant en psychothérapie de groupe

Dunod, 2000

P. 34

 

 

 
Remonter ] Rééducation ] Symptômes ] Prévention ] Empathie ] [ Médiation ] Jeu ] Musicothérapie ] Résilience ] Doudous ] Etayage ] Génogramme ] Rêve éveillé ] Estime de soi ]