Résilience

Accueil ] Présentation ] Sommaire ] Diffusion ] Forum ] Livre d'or ] Logos ] Moteur ] Résistance ] Nouveautés ]

[ Formation ] [ Définitions ]

Rééducation Symptômes Prévention Empathie Médiation Jeu Musicothérapie Résilience Doudous Etayage Génogramme Rêve éveillé Estime de soi

 

   

 

 

 

 

Pour approfondir ce sujet, voir aussi, sur ce même site, 

la page de liens sur la résilience, , 

en cliquant ici

 

Définitions et citations autour du concept de résilience

 

 

 

 

« La résilience, c'est l'aptitude des individus et des systèmes (les familles, les groupes et les collectivités) à vaincre l'adversité ou une situation de risque. Cette aptitude évolue avec le temps ; elle est renforcée par les facteurs de protection chez l'individu ou dans le système et le milieu ; elle contribue au maintien d'une bonne santé ou à l'amélioration de celle-ci(1). »

 

1. Résilience, Pertinence dans le contexte de la promotion de la santé, Document de travail - Analyse détaillée présentée en 1995 à Santé Canada par Colin Mangham, Ph.D., Patrick McGrath, Ph.D., Graham Reid, Ph.D., Miriam Stewart, Ph.D., Atlantic Health Promotion Research Centre, Université Dalhousie.


http://www.meteo-mentale.org/wml/meteo/stravie/resilience.html

 

 

"La Résilience définit La capacité à se développer quand même, dans des environnements qui auraient dû être délabrants."

 

Docteur BORIS CYRULNIK 

Psychiatre Directeur d'enseignement en éthologie 

à la faculté des lettres et des sciences humaines de Toulon

 

http://www.meteo-mentale.org/wml/meteo/stravie/resilience.html

 

 

"Je ne parle ici que de cette capacité que nous avons de rebondir, une qualité que nous devons au fait d’avoir surmonté l’épreuve d’un passé difficile. C’est ce que j’appelle la résilience, une qualité utile au point qu’il nous arrive de nous demander comment ceux qui n’ont pas eu à la forger dans l’enfance parviennent à affronter les vicissitudes de la vie."

 

http://www.meteo-mentale.org/wml/meteo/stravie/resilience.html

De la résilience, une chronique de Jacques Languirand

 

 

"J’ai fait pour moi-même l’exercice de trouver le sens des mots résilient et résilience :
En français dans Le Petit Robert :

RÉSILIENT : PHYS. Qui résiste (plus ou moins) au choc, est caractérisé par une résilience plus ou moins grande. (…) 

RÉSILIENCE : Rapport de l’énergie cinétique absorbée pour provoquer la rupture d’un métal, à la surface de la section brisée. La résilience (en kg par cm2) caractérise la résistance au choc."

 

http://radio-canada.ca/par4/gr/gr1311.html

Jacques LANGUIRAND

 

La résilience

 

"La résilience a ses origines dans la théorie du développement psychologique et humain. Ce mot décrit en général la capacité de l'individu de faire face à une difficulté ou à un stress importants, de façon non seulement efficace, mais susceptible d'engendrer une meilleure capacité de réagir plus tard à une difficulté. Diverses études ont examiné la résilience au sein de groupes exposés à la guerre, à la pauvreté et à la maladie chronique. Ces études et d'autres recherches ont permis de cerner les caractéristiques des personnes qu'on dit « résilientes ». Selon certains, la résilience se compose d'un équilibre entre, d’une part, le stress et les difficultés et, d'autre part, la capacité de faire face à la situation et la disponibilité d'un soutien. Lorsque les sources de stress excèdent les facteurs de protection de l’individu, même les personnes qui ont fait preuve de résilience antérieurement peuvent être dépassées (Mangham et coll., 1995)."

 

 http://www.hc-sc.gc.ca/hppb/sante-mentale/pubs/risque/chap1-2_f.htm

 

 

"Notons d'abord que toutes ces utilisations nouvelles du mot résilience ont un fond de sens commun, qui, curieusement, marque une distance importante par rapport au sens premier du terme en métallurgie. 

Premièrement, pour ce qui est de l'objet que la qualité décrit: il est question de la résilience, non plus d'une matière inerte et simple, mais d'un tout ou d'un système complexe. 

La résilience se caractérise ensuite par une forme d'homéostasie qui permet aux systèmes de retrouver leurs conditions de départ ou de maintenir leurs fonctions initiales dans un environnement dynamique et changeant où interagissent un nombre important de forces, qui doivent être maintenues dans un équilibre plus ou moins fragile. La tolérance au stress fait apparaître des seuils, en deçà et au-delà desquels la structure se rompt ou éclate. Autre élargissement du sens: là où la métallurgie voit dans la résilience une résistance due à la nature même de la matière, il s'agit maintenant d'une réaction d'un système qui met en jeu des contre-forces tenues en réserve pour refaire l'équilibre brisé; forces qui modifient l'environnement de manière à préserver les conditions favorables au maintien des structures."

http://www.agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Resilience

Source: Attila passe, l'herbe repousse par Dominique Collin

Docteur en psychologie et spécialiste des Affaires indiennes au Ministère fédéral du même nom.

 

 

"Comment se fait-il qu’un même événement soit vécu par l’un comme le choc de sa vie et par l’autre comme une simple péripétie ?
La réponse tient dans un concept, celui de « résilience ». Couramment accepté et utilisé aux États-Unis (où l’on a plutôt une vision enthousiaste et optimiste des choses), il n’a été que récemment introduit en Europe et en France où il est plus difficile à imposer, comme si la culture du malheur et l’attitude fataliste étaient préférables.
Mais qu’est-ce que la résilience ? « C’est un processus d’auto guérison et de résistance aux maladies, et en particulier aux maladies mentales », explique le psychiatre nordiste Jean-Luc Roelandt. Le lexique de l’industrie et des techniques va dans le même sens, qui désigne la résilience comme l’aptitude d’un matériau à reprendre sa structure après un choc."

http://www.lavoixdunord.fr/vdn/journal/dossier/attentats/images/ART3.shtml

 

 

 

 

"En France, l’éthologue et neuropsychiatre Boris Cyrulnik, est un pionnier du concept. « Le mot "résilience" vient du latin et signifie "ressauter", explique le médecin. Non pas ressauter à la même place, comme si rien ne s’était passé, mais ressauter un petit peu à côté pour continuer d’avancer...
Résilier un engagement signifie aussi ne plus être prisonnier d’un passé, se dégager. La résilience n’a rien à voir avec une prétendue invulnérabilité ou une qualité supérieure de certains mais avec la capacité de reprendre une vie humaine malgré la blessure, sans se fixer sur cette blessure.
»

http://www.lavoixdunord.fr/vdn/journal/dossier/attentats/images/ART3.shtml

 

 

Résilience

"Terme de physique qui définit, en mécanique, le degré de résistance d'un matériau soumis à un impact. Dans le dictionnaire anglo-saxon le sens est élargi à la robustesse corporelle et à la résistance du caractère.

 

Dans ce terme on retrouve à la fois résistance et silence, à la manière d'un individu capable de résister admirablement en silence. Hors, le concept de résilience (qui est nouveau) s'approche de cette notion de vulnérabilité.
Le mot résilience, inscrit dans le domaine de la pédiatrie sociale, doit son introduction en 1995 au Pr. Manciaux et au Pr. Kreisler. Le premier est professeur de pédiatrie sociale, le deuxième pédiatre et psychiatre.
Pour comprendre cette notion, imaginons un groupe d'enfants dans la rue, livrés à eux-mêmes. Certains d'entre eux vont parfaitement s'en sortir utilisant tous les moyens possibles et imaginables. En effet, confrontés à toutes sortes de situations dangereuses, certains enfants, parfois même très jeunes, sont capables d'élaborer des stratégies de survie pour combattre la mort parfois toute proche.
En somme, la résidence c'est se débrouiller, se tirer d'embarras confronté à n'importe quelle situation problématique ou conflictuelle."

http://www.vulgaris-medical.com/textr/resilien.html

 

 

"Le terme de résilience est utilisé dans le domaine de la physique pour traduire la résistance de matériaux à la pression. On dira ainsi que la coque d’un sous-marin est résiliente lorsqu’elle se révèle capable de supporter des pressions considérables lors de ses plongées et lorsqu’elle reprend sa forme primitive. 

On le retrouve également dans la langue anglaise «resiliency» pour décrire la capacité de réussir de manière acceptable pour la société en dépit d’un stress qui comporte normalement le risque grave d’une issue négative. 

La résilience sera définie ici comme la capacité pour un sujet confronté à des stress importants au cours de son existence de mettre en jeu des mécanismes adaptatifs lui permettant non seulement de «tenir le coup» mais de rebondir en tirant un certain profit d’un tel affrontement."


http://www.acsm-ca.qc.ca/virage/dossiers/la-resilience.html

 

 

"La définition que j'en ai trouvée convient bien à qui s'occupe quotidiennement de l'enfant et de sa famille: la résilience est définie par le maintien d'un processus normal de développement malgré des conditions difficiles. Il s'agit donc de quelque chose de dynamique, et non point de la simple résistance au choc, comme l'indique la définition initiale du terme, issu de la physique. Et le dictionnaire Robert en donne le sens figuré: "ressort moral, qualité de quelqu'un qui ne se laisse pas abattre". 

 

"Les déterminants précoces de la résilience"

Antoine GUEDENEY

Pédopsychiatre, membre de l'institut de psychanalyse de Paris

in 

"Ces enfants qui tiennent le coup"

Sous la direction de Boris Cyrulnik

Hommes et perspectives

avril 1998

P. 13

 

 

"Le concept de résilience représente un changement de paradigme en psychologie développementale. Après avoir centré leur attention pendant quelques décennies sur les risques, la vulnérabilité et la psychopathologie, un nombre croissant de chercheurs et d’intervenants en santé mentale s’interroge sur la capacité de nombreux enfants de surmonter les obstacles majeurs à leur développement. Il demeure un vaste domaine à explorer dans l’étude de la résilience soit la compréhension du lien entre l’enfant résilient et son entourage.

 

La conceptualisation actuelle de la résilience se situe essentiellement à l’intérieur d’une perspective individualiste. Une recension des écrits (Ehrensaft, 1998) révèle que la majorité des recherches et des articles conceptuels définissent la résilience comme l’expression du tempérament et comme un phénomène interne ou psychique comme dans l’expression " un enfant résilient ".

 

Les écrits sur la résilience reconnaissent cependant de plus en plus le rôle de l’environnement et des systèmes avec lesquels l’enfant interagit dans son développement psychologique."

 

L’écologie humaine et sociale de la résilience

Esther Ehrensaft, M.Ps. et Michel Tousignant, Ph.D.

Laboratoire de recherche en écologie humaine et sociale,

Université du Québec à Montréal

http://perso.wanadoo.fr/resscom/ACTU/semin-div/24-11-00tousignant.htm

 

 


"Quelles en sont les caractéristiques:

Quatre niveaux de résilience

bullet

individuelle

bullet

familiale

bullet

communautaire

bullet

sociétaire"

 

Un diaporama très complet sur la résilience:
par Caroline Poirier

http://www.regroupement.net/diaporamas/resilience/resilience.PPT

 

 

 

Les facteurs de protection

 

"La résilience englobe deux concepts fondamentaux : le risque et les facteurs de protection. 

Le risque inclut les caractéristiques de l'individu ainsi que le milieu, comme nous l'avons indiqué plus tôt. 

Les facteurs de protection pourraient inclure les compétences, les facteurs de personnalité et les mécanismes de soutien ambiants qui contribuent à la résilience. Ces facteurs agissent comme un tampon et procurent un réservoir de ressources qui permet de faire face efficacement au stress (Mangham et coll, 1995)."

 http://www.hc-sc.gc.ca/hppb/sante-mentale/pubs/risque/chap1-2_f.htm

"Mangham et coll., 1995, ont découvert, à la suite d'une revue exhaustive de la littérature, que trois grandes catégories de facteurs de protection contribuent à la résilience des individus : les facteurs individuels, les facteurs familiaux et les facteurs de soutien.

 

Les facteurs individuels :

bullet

sentiment de compétence personnelle,

bullet

capacité à planifier,

bullet

compétences cognitives

bullet

sentiment de signification

bullet

capacité de résoudre des problèmes

bullet

optimisme

bullet

locus de contrôle interne

bullet

capacité de faire face au stress

bullet

habileté à chercher un soutien

 

(Mangham et coll, 1995, page 5).

Les facteurs familiaux :

bullet

rapports parents-enfants propices

bullet

chaleur et affection

bullet

soutien familial solide et cohésion familiale 

 

(Mangham et coll, 1995, page 5).

Les facteurs de soutien :

bullet

la présence de personnes aidantes comme des enseignants

bullet

des membres de la famille étendue ou des personnes se situant à l'extérieur de la famille immédiate 

bullet

des milieux de soutien qui favorisent l'autonomie, la responsabilité et le contrôle "

 

(Mangham et coll., 1995, page 5).

 http://www.hc-sc.gc.ca/hppb/sante-mentale/pubs/risque/chap1-2_f.htm

 

 

"Il y a un certain nombre de facteurs personnels qui sont toujours décrits chez les sujets résilients. Il y en a de nombreux : il y a l’intelligence. C’est plus facile quand on est intelligent. C’est plus facile quand on réussit bien en classe. C’est plus facile aussi quand on a un sentiment de solidarité vis à vis de la fratrie et vis à vis du groupe de pairs.
Il est sûr que quelqu’un qui traverse des événements durs, quand il est dans un groupe de pairs solidaires a plus de chances de s’en sortir. De la même façon l’aptitude à faire face aux problèmes rencontrés, et par le sujet, et par la famille, est un élément aussi toujours décrit chez ces sujets.
Toujours dans les facteurs personnels, on insiste sur la capacité à trouver du soutien dans le réseau social, à « savoir chercher de l’aide ». Il n’y a pas de résilience, s’il n’y a pas de réseau social. Le réseau médical est important. Le réseau associatif et institutionnel est important, mais le réseau social est fondamental pour tous ces sujets.
Et c’est Brassens qui rencontrant son instituteur qui lui dit qu’il avait un potentiel créatif, a quitté sa trajectoire de délinquant et est rentré dans la trajectoire que tout le monde connaît. Enfin les capacités créatrices pouvaient être présentes avant le traumatisme mais quasiment de façon générale. Elles prennent une ampleur beaucoup plus importante après les situations difficiles. Souvent, ce que l’on rencontre chez des sujets résilients, c’est des identifications héroïques qui amènent des sujets à se lancer dans des aventures dont ils doivent sortir victorieux. Ils se trouvent aussi dans une situation où ils n’ont pas d’alternative. Ils doivent être les héros. Ils doivent sortir victorieux. C’est un moyen de s’en sortir, mais s’ils n’en sortent pas victorieux, ils n’en sortent pas du tout…"

http://www.resomed.net/intervention6.shtml

Intervention du Docteur Isabelle Ferrand

Psychiatre, 

Chef du Service de Psychiatrie, Hôpital Cochin.


"Ainsi la résilience décrit les phénomènes permettant de se construire une vie épanouie et réussie en dépit d’un vécu d’adversité majeure.
La résilience met en avant les capacités adaptatives et évolutives des femmes et des hommes. Les personnes résiliantes font face aux traumatismes de leur vie en puisant dans leur propre potentiel de créativité et d’adaptation. En dehors des circuits d’aide sociale la plupart du temps, ces personnes "tricotent" leur résilience avec patience et ténacité à la recherche de gestes de solidarité. Ainsi, la résilience ne se construit pas seulement à l’intérieur de la personne, ni exclusivement grâce à son entourage, mais par un entremaillage serré entre les deux. Les facteurs de résilience procèdent donc à la fois du ressort psychologique et social.

Les mécanismes psychologiques d’adaptation des résiliants incluent tout à la fois l’humour, l’imagination, la créativité, l’investissement affectif, l’idéalisme, l’engagement, l’altruisme,….

Lorsque des résiliants rencontrent des professionnels de santé, la tâche de ces derniers s’inscrit dans le champ du sens, dans la capacité d’aider le résiliant -et particulièrement les enfants- à mettre une signification parlante et libérante pour celui qui vient de traverser ces épreuves. Ainsi le passage de la blessure à la résilience se façonne par les différents appuis que cette personne recevra du tissu social et surtout par la possibilité qu’elle aura d’être comprise et acceptée dans son histoire."

http://www.hcuge.ch/dmc/125/resilience.html

 

 

 

 

"Bowlby a beaucoup contribué à montrer que ce qui compte alors, c'est l'existence d'un lien d'attachement, d'une base sûre, qui assure un certain rapport avec la réalité, qui assure que le monde n'est pas qu'un cauchemar, et que vous n'êtes pas le seul à penser que tout cela n'est pas normal. Bowlby a été le premier psychanalyste à remettre en cause la théorie du traumatisme d'une façon aussi radicale, et à souligner le besoin de l'enfant de connaître la réalité qui le concerne pour pouvoir l'élaborer, si dure soit-elle. la capacité de résilience apparaît donc liée à un attachement sûr."

 

"Les déterminants précoces de la résilience"

Antoine GUEDENEY

Pédopsychiatre, membre de l'institut de psychanalyse de Paris

in 

"Ces enfants qui tiennent le coup"

Sous la direction de Boris Cyrulnik

Hommes et perspectives

avril 1998

P. 13

 

 

Facteurs de résilience individuelle

bullet

Intelligence

bullet

talents

bullet

tempérament facile

bullet

flexibilité

bullet

sens de l'humour

bullet

estime de soi

bullet

maturité

bullet

formation scolaire

bullet

introspection

bullet

genre et âge

bullet

sentiment d'utilité

bullet

capacité de se projeter dans l'avenir

bullet

bon sens de l'identité

bullet

orientation spirituelle

bullet

locus de contrôle interne

bullet

habileté de résolution de problèmes

bullet

autonomie

bullet

capacité de se distancer face à un environnement perturbé

bullet

compétence sociale

bullet

empathie

bullet

altruisme

bullet

sociabilité

bullet

popularité

bullet

perception d'une relation positive avec un adulte, 

 

Un diaporama très complet sur la résilience:
par Caroline Poirier

http://www.regroupement.net/diaporamas/resilience/resilience.PPT

 

 

Écologie sociale de l’enfant à risque

"L’écologie sociale part du postulat que le développement résulte d’une interaction entre divers niveaux de systèmes qui régissent l’enfant, soit l’ontosystème (les caractéristiques internes de l’enfant), le microsystème (la famille), l’exosystème (la communauté) et le macrosystème (la culture, le système politique) (Bronfenbrenner, 1979). Plus le système est proximal de l’enfant, plus il exerce une influence déterminante sur celui-ci. La famille exercerait donc une action bien plus importante sur le développement de l’enfant que l’école ou la culture."

Pour découvrir plus en détail le rôle du microsystème, 

de l'exosystème, de la communauté , du macrosystème, 

de la culture et de la signification, 

dans la constitution de la résilience 

lire l'article très complet:

 

L’écologie humaine et sociale de la résilience

Esther Ehrensaft, M.Ps. et Michel Tousignant, Ph.D.

Laboratoire de recherche en écologie humaine et sociale,

Université du Québec à Montréa

http://perso.wanadoo.fr/resscom/ACTU/semin-div/24-11-00tousignant.htm

 

 

Résilience familiale

 

bullet

Age des parents, 

bullet

nombre d'enfants (inférieur à 5)

bullet

espace entre les naissances

bullet

attentes parentales élevées

bullet

support et affection

bullet

orientation spirituelle

bullet

Discipline

bullet

opportunités de participation

bullet

espace physique suffisant

bullet

communication efficace

bullet

Interactions chaleureuses et positives

bullet

Enfant perçu comme une ressource ayant de l'avenir

bullet

habiletés à faire face à l'imprévu

bullet

absence de violence dans la famille d'origine

bullet

habiletés de résolutions de conflits

bullet

partage de valeurs

bullet

situation financière stable

bullet

non-possessivité

bullet

absence de séparation en bas âge

bullet

Présence d'une figure paternelle

bullet

justice intra-familiale

 

Un diaporama très complet sur la résilience:
par Caroline Poirier

http://www.regroupement.net/diaporamas/resilience/resilience.PPT

 

Remonter ] Rééducation ] Symptômes ] Prévention ] Empathie ] Médiation ] Jeu ] Musicothérapie ] [ Résilience ] Doudous ] Etayage ] Génogramme ] Rêve éveillé ] Estime de soi ]