Symptômes

Accueil ] Présentation ] Sommaire ] Diffusion ] Forum ] Livre d'or ] Logos ] Moteur ] Résistance ] Nouveautés ]

[ Formation ] [ Définitions ]

Rééducation Symptômes Prévention Empathie Médiation Jeu Musicothérapie Résilience Doudous Etayage Génogramme Rêve éveillé Estime de soi

 

 
   

 

 

 

 

Symptômes:

"Un symptôme est une construction qu'un sujet a tant bien que mal mis en place pour maintenir quelque chose de son désir dans sa relation à autrui, mais qui le présente lui, le sujet, comme objet de ce symptôme.

Yves de La Monneraye, La parole rééducatrice, P 51.

____________________________________

"Sumptôma, en grec, signifie accident, coïncidence; il est constitué à partir des deux mots sun, qui veut dire avec, et piptein, qui signifie arriver ou survenir. Le symptôme c'est donc, à l'origine, ce qui survient avec, ou ce qui arrive avec." 

Yves de La Monneraye, La parole rééducatrice, P 52

____________________________________

"Le symptôme est bien ce qui arrive avec quelque chose, mais qui demeure alors que ce quelque chose a disparu, ou plus exactement est devenu inconscient. Ainsi, le symptôme est le résultat du refoulement d'un conflit qui avait été insupportable pur le sujet et qui est devenu inconscient".

Yves de La Monneraye, La parole rééducatrice, P 52

____________________________________

"Il est de la plus grande importance que les thérapeutes aient un point de vue clair sur la façon dont ils envisagent la symptomatologie.

Il y a quatre courants prédominants majeurs concernant l'origine et le traitement des symptômes.

Les symptômes sont, pour l'une des théories, les manifestations d'expériences traumatiques du passé, surtout de l'enfance et des premiers mois, et on ne peut en guérir qu'en retrouvant la cause originaire. Ce voyage dans le passé peut être conduit soit par une approche cognitive soit par la psychanalyse, ou bien par une démarche émotionnelle (thérapie primale, bio-énergie, thérapie reichienne). Mais pour toutes ces approches c'est le rapport à la cause originaire qui est le pivot de la cure.

La seconde position voit dans le symptôme un défaut d'apprentissage (conditionnement) dû à une expérience ancienne ou actuelle. Le traitement se concentre sur le présent et sur une structuration cognitive d'expériences de ré apprentissage (modification comportementale, restructuration cognitive, re conditionnement, apprentissage de nouveaux modèles.) Pour cette thérapie la recherche de la cause du symptôme n'est pas pertinente.

Le troisième courant prend une position psycho-neuro-psysiologique, considérant le symptôme tant d'un point de vue organique que comportemental. Dans ce cadre là, les déterminants de l'étiologie du symptôme sont des facteurs génétiques et biochimiques et des influences de l'environnement. Le traitement inclut une intervention biochimique.

La quatrième position voit dans le symptôme un message ou un "don" (Ritterman, 1983) de l'inconscient pouvant être utilisé pour le résoudre, sans prendre en compte des causes anciennes. Erickson a fait un travail de découvreur en mettant les bases de cette approche par une utilisation à multiples facettes en hypno-thérapie."

J.C. Mills et R.J. Crowley

Métaphores thérapeutiques pour enfants, 1995, p 70

___________________________________

 

 

" Le symptôme est ce qui resurgit d'un réel qui ne peut être symbolisé autrement. 

Les symptômes qu'un enfant nous présente ne sont pas des réalités mais ce sont des signifiants d'appel, des signifiants constitutifs d'un langage."

 

Alain GUY 

 " l'Erre " 1990.

___________________________________

 

 

Prévention et conduites symptomatiques à l'école

 

"Au plan métapsychologique, l'ambivalence des symptômes manifestés à l'école est liée au statut de compromis du symptôme: réalisation d'une exigence du Surmoi et position du refoulé pulsionnel. Ce compromis (même dans le cas de symptômes non névrotique) permet certains bénéfices secondaires et, pour certains symptômes, une échappatoire à l'angoisse: en ce sens, le symptôme peut avoir lui-même valeur de prévention, empêcher l'angoisse de venir. Au plan clinique le symptôme est un langage, dans les deux pôles fondamentaux décrits par Lacan - à la suite de Jakobson- de la métaphore (condensation) et de la métonymie (déplacement). Il est un langage dont la parole doit être délivrée pour que le sujet apparaisse. D'où la nécessité d'écouter ce langage ou, comme on le dit encore, de respecter le symptôme (cf. Winnicott: "l'enfant a besoin du symptôme pour traduire un accroc dans son développement affectif").

 

 

Prévention: que prévient-on?

Dominique De Peslouan

 

L'Erre numéro spécial 

7ème congrès de la FNAREN

Fédération Nationale des Associations de Rééducateurs de l'Éducation Nationale

Clermont-Ferrand

23-24-25 mai 1991

Page 65

 

___________________________________

 

 

 

Prévention et conduites symptomatiques à l'école

 

"Se trouve ici posée au rééducateur la question de la fonction et du sens du symptôme. Le symptôme a-t-il pour fonction (relativement générale) d'exprimer un conflit avec l'environnement, de défendre le moi face à une situation actuellement inassumable (conflit inhérent au développement-dysharmonie des lignes de développement-, à un processus de maturation et de créativité), ou a-t-il pour sens (interne au processus thérapeutique) d'exprimer un conflit interne, dans lequel l'enfant risque de perdre pied par rapport à lui-même et aux autres et/ou d'exprimer le symptôme parental, dont l'enfant porte la dette?

Pratiquement, respecter le symptôme, c'est donc pouvoir repérer, à travers la banalité des conduites symptomatiques à l'école les effets de ces conduites sur l'organisation mentale et donc sur l'adaptation scolaire de l'enfant:

bullet

effets de transformation de l'environnement et/ou d'ajustement réciproque de l'enfant et de l'environnement: prévention primaire sur l'environnement scolaire;

bullet

effets de structuration, à travers les phases nécessairement critiques de l'évolution de l'enfant et de l'adolescent, des mécanismes d'adaptation (ou: de défense adaptée): travail du symptôme, qui doit être parfois accompagné (des "formations réactionnelles" aux "sublimations", du "déni de castration" aux "castrations symboligènes"): fonction défensive du symptôme et prévention rééducative;

bullet

effets de blocage de l'évolution: souffrance intrapsychique, décodable seulement dans l'économie générale du sujet, dans son histoire personnelle et familiale: sens du symptôme et psychothérapie. 

 

Il existe donc un double risque. Celui de méconnaissance et de banalisation de troubles psychologiques graves et celui de médicalisation abusive des difficultés scolaires du fait même de l'intrication de ces troubles et de ces difficultés, parfois de l'apparence identique des symptômes qui les manifestent. Il faut pouvoir "prévenir" ce risque par la rigueur du processus d'évaluation (des difficultés), d'observation (de l'enfant), d'indication (d'aides)."

 

Prévention: que prévient-on?

Dominique De Peslouan

 

L'Erre numéro spécial 

7ème congrès de la FNAREN

Fédération Nationale des Associations de Rééducateurs de l'Éducation Nationale

Clermont-Ferrand

23-24-25 mai 1991

Page 65/66

 

 

Remonter ] Rééducation ] [ Symptômes ] Prévention ] Empathie ] Médiation ] Jeu ] Musicothérapie ] Résilience ] Doudous ] Etayage ] Génogramme ] Rêve éveillé ] Estime de soi ]